Bouddhisme tibétain

 

Au VIIe siècle, une princesse chinoise amène le bouddhisme au Tibet où il devient vite la philosophie et la religion dominantes.

Il existe trois grandes traditions bouddhistes qui sont le Hinayana (ou Petit véhicule), le Mahayana (ou Grand véhicule) et le Vajrayana (ou Véhicule de diamant).
Cette dernière voie, essentiellement répandue au Tibet, est un bouddhisme ésotérique qui se caractérise par son riche symbolisme psychologique, son approche non duelle des phénomènes et l'intégration des émotions au chemin de l'éveil.

Lorsque le Bouddha parvint à l'illumination, il vit apparaître une grande roue (Roue de la vie). Cette roue contient tous les êtres vivants. Elle tourne sans relâche, saison après saison et vie après vie. Elle contient également la représentation symbolique de tous les états d'esprit ou niveaux de conscience. Elle est entourée de douze secteurs, étapes interdépendantes du processus de fonctionnement du mental pris dans l'engrenage de ses réactions automatiques.

Selon la vision bouddhiste, il est possible de se libérer de ces conditionnements en en comprenant l'origine.
Seul un travail de connaissance de soi nous permet de stopper la réaction automatique au profit de l'action consciente.
Lorsque nous « réagissons » aux événements et stimuli de toutes sortes, nous sommes dans la répétition. Mais nous pouvons décider de fonctionner différemment. Alors, nous devenons réellement acteurs. Dans ce cas, agir, c'est proposer une réponse nouvelle, donc créative.

bouddhisme Photo Cathy Lemaire