Psychologie jungienne

 

Carl Gustav Jung, psychiatre et psychanalyste, est né en Suisse le 26 juillet 1875.

Pendant des années, il collabore étroitement avec Freud jusqu'à ce que des divergences les mènent à la rupture. Jung juge les théories freudiennes trop étroites et considère l'importance qui y est donnée à l'impulsion sexuelle excessive.

Il fonde alors le courant de la Psychologie analytique. Contrairement à ce que peut évoquer cette dénomination, sa vision de l'homme est dynamique et globale.

Auteur de multiples ouvrages de psychologie et de psychosociologie, son oeuvre puise dans de nombreux domaines tels que la philosophie (occidentale et orientale), l'alchimie, l'astrologie, la sociologie, la littérature, les arts.

Jung a beaucoup voyagé en Afrique noire, en Afrique du Nord, aux Indes et en Amérique. Les analogies qu'il découvre entre les contenus inconscients d'individus de cultures différentes l'amènent à créer puis développer le concept d'inconscient collectif.

La Psychologie jungienne est un vaste domaine qu'il est difficile de définir brièvement mais on peut en citer les principaux concepts et axes de recherches : l'ombre, la persona, le Soi, l'animus et l'anima, le travail sur les archétypes.

L'approche jungienne, école de sagesse puisant aux sources du patrimoine culturel de l'humanité, sans rejeter la démarche scientifique véritable qui est avant tout d'expérimentation, s'oppose à une « science moderne » qui masque souvent son ignorance derrière un discours théorique, dogmatique et fermé.

psychologie jungienne Photo Cathy Lemaire

 

"Je considère la Psychologie humaniste comme jouant un rôle de transition vers une psychologie transpersonnelle, centrée sur le cosmos (...)"
Abraham Maslow.